LA VALENCE PERDUE

ALEJANDRO CUAJARES

Autor: ALEJANDRO CUAJARES

Fecha: 14/05/2018

Valence, notre belle ville, est l'une des localités les plus importantes d'Espagne, à la fois pour sa population et pour son riche patrimoine, qui reste néanmoins très peu et dont il serait encore préservé si lamentablemte n'avait pas été perdu dans le cours des deux derniers siècles; En ce sens, dans cette section, nous allons parler des principaux bâtiments qui ont disparu du paysage de la ville, mais pas de la mémoire des Valenciens.

En premier lieu, il faudrait parler des murs de la ville qui, comme d'autres lieux de la même époque, ont disparu pour faciliter la croissance et faire place à de nouveaux quartiers; une situation que nous devons comprendre dans le contexte du XIXe siècle révolutionnaire, avec sa croissance économique et son développement industriel, où les murs représentaient un symbole de l'Ancien Régime renversé par la Révolution française, ne laissant que les tours de Serranos et Quart.

À côté du mur, la ville a eu des portes d'entrée spectaculaires, outre celles de Serranos et de Quart, précédemment mentionnées. En outre, il est nécessaire de mentionner le portail Nou qui, où la faille Na Jordana est plantée devant le pont de San Jose, a été démoli à côté des murs en 1868, ne laissant que des vestiges sous le tunnel qui traverse la rue Blanquerias.

Une autre des portes qui a également eu de l'importance a été le Portail del Mar, qui est liée à ce que sont aujourd'hui les jardins de Viveros à travers le pont actuellement piéton de la mer. Bâtiment pas totalement perdu puisque subsiste une reproduction de la même dans la Plaza del Mar.

La même chose peut être dite de l'ensemble des murs en face de cette porte. Dans ce cas, nous parlons d'une sorte de château, la citadelle, où se trouvaient les détachements militaires qui ont défendu la ville et qui ont été détruits au XIXe siècle. Malgré cela, il existe actuellement un témoignage de cette utilisation, avec le bâtiment de la capitainerie situé dans le couvent de Santo Domingo. Sa perte constitue une absence importante bien que dans d'autres villes il se passe la même chose, en pouvant actuellement subsister un ensemble arquitectónico comparable à celui d'Ávila.

Un autre bâtiment tragiquement disparu a été le Palais Royal qui, situé dans ce que nous connaissons aujourd'hui comme les jardins de Viveros, constitue un groupe monumental de visite obligée. Ce bâtiment était la résidence du monarque quand il est venu visiter Valence, étant très vieux puisque c'était une résidence royale au Moyen Age, utilisée par les musulmans qui l'utilisaient comme une propriété récréative et continuant avec cette même utilisation pendant des siècles, servant dans ces fonctions à Austrias et Bórbones. Le bâtiment, de même que les cas précédents, a disparu au cours du XIXe siècle, bien que dans ce cas pendant la guerre d'Indépendance. Dans ce contexte les Valenciens ont préféré le démolir pour éviter qu'il fût utilisé par le rempart français comme bombardier de la ville, bien que peu utile puisqu'ils ont accédé par un autre côté. Il y a aussi des interprétations qui prétendent qu'il a été renversé parce que, comme dans les cas précédents, c'était un symbole de l'Ancien Régime qui devait être renversé.

 

Bien que ce qui précède avant, les démolitions précédentes ne doivent pas nous faire sentir coupable parce que les Valenciens de cette époque avaient une mentalité très différente de celle d'aujourd'hui, qui laissent derrière le monde antique représenté par la monarchie et l'Ancien régime pour atteindre un nouveau monde représenté par des valeurs libérales était un idéal à atteindre, ne constitue pas une exception Valencia ces mêmes positions les autres villes espagnoles ont adopté et européennes. Le patrimoine est également détruit une grande partie des réformes internes dans notre centre-ville historique. Au cours des années 40 et 50 avenues spectaculaires ont été construites pour améliorer le centre de communication à la périphérie par l'effondrement des propriétés multiples. À ce stade, il faut se référer à la création Avenue Baron de Carcer qui cherchait à étendre à la Turia ou la création de Plaza de la Virgen dans le parc autour de la cathédrale. Parallèlement à cela, il faut noter aussi le remodelage de la Plaza del Ayuntamiento dont le premier projet, le travail de Goerlich, a été démolie pour faire place à la place actuelle, les actes de scène et traditionnels « mascletàs ». Inclure aussi les bâtiments qui ont traversé la pickaxe en raison de la démolition, comme le Palais de l'ambassadeur Vich, près de la paroisse de Saint-Martin, qui ne son patio spectaculaire au Musée des Beaux-Arts a été sauvé.

Ces réformes n'étaient pas exclusives à notre territoire. Des projets similaires ont été menées en Espagne et en Europe, avec le précédent de toutes ces initiatives, la réforme menée par le Baron Haussmann à Paris, renversant les grands espaces de la vieille ville pour créer de larges avenues, les bulebares, qui, par un grand Des routes de communication ont permis l'union entre les différents secteurs de la ville, en arrivant à l'imitation de ce type de projets jusqu'à nos jours.

Ce qui n'a pas de pardon, en supposant une perte irréparable pour notre patrimoine, ce sont les démolitions faites à partir des années 50, motivées par la pure spéculation urbanistique. Dans leur quête de progrès, ils ont été une grande perte. Pour comprendre cela, il faut parler du contexte de l'Espagne des années 50 et 60, au cours de laquelle il a été construit avec beaucoup permettant donner beaucoup hébergement aux Espagnols qui sont venus ensuite de la campagne à la ville, mais néanmoins, de nombreux développeurs ont la possibilité de construire là où il voulait, ce qui constitue cette situation l'arrivée du phénomène de « pas » à l'Espagne actuelle, ce qui entraîne une perte énorme de notre patrimoine et l'une des causes de la destruction de nos côtes. Malheureusement, il semble que la leçon n'a pas encore été apprise ....

Parmi les bâtiments perdus à ce moment on parle du Palais de Parcent, y compris les rues Baron de Cárcer et Eixarchs, qui reste actuellement une porte dans le jardin occupe maintenant le site de l'ancien palais, une autre porte envoyée aux pépinières. Une autre partie de la ville qui a souffert d'innombrables dommages se rapporte à la rue actuelle de Christophe Colomb, qui pourrait avoir un aspect similaire à la rue de la Paix, en rappelant les premières années du siècle XX. Dans ce cas, leurs bâtiments ont été remplacés par des bâtiments contemporains de goût douteux. Dans certains cas, une partie de ce patrimoine a été sauvée et transférée dans des zones plus sûres. L'ancienne église du couvent de Santa Catalina, actuelle église de Notre-Dame du Sacré-Cœur a été déplacé pierre par pierre dans le quartier de Orriols à côté du stade Levante au fil des ans Setanta, depuis son emplacement actuel situé dans la Plaza de los Pinazo s'installa dans les entrepôts de Corte Inglés, qui achetèrent le terrain et plus tard déménagèrent le bâtiment.

Enfin, il est de commémorer la démolition de la maison de Ripalda, construit à côté des jardins du Real, qui était un bel exemple d'architecture romantique artificielle, il a été jeté pure spéculation pour faire place à la succession de la pagode, l'un des le plus exclusif de Valence, mais qui, de notre humble point de vue, n'aurait jamais dû se lever à cet endroit.

Continue de découvrir tous les coins Valence

Cliquez ici pour "découvrir" pour toutes les excursions que nous avons pour vous.

Découvrir